Aubepine Crataegus e1549302598392 - Aubépine une plante qui apaise l'anxiété et tonifie le coeur

Aubépine une plante qui apaise l’anxiété et tonifie le coeur

ORIGINE

L’aubépine est un arbuste utilisé à différentes fins depuis plusieurs siècles. Au fil des années, il a multiplié les surnoms : bois de mai, épine de mai, épine blanche… Le surnom d’épine blanche reste le plus fréquent. D’ailleurs, le terme aubépine vient du latin alba spina qui signifie « épine blanche ».
Son nom scientifique, Crataegus oxyacantha, fait aussi référence à ce surnom. En grec, oxy signifie aigu et acantha correspond à l’épine. Le surnom d’épine blanche vient de l’aspect épineux de l’aubépine et de ses fleurs blanches. L’étymologie du genre botanique Crataegus, auquel appartient l’aubépine, fait quant à elle mention à une légende.

HISTOIRE – LEGENDE

En grec, cratos correspond à la force et aigon signifie la chèvre.
La légende raconte que les chèvres qui broutaient les fleurs et les feuilles d’aubépine acquéraient une grande force. Mythe ou réalité ?

Quoi qu’il en soit, l’aubépine connaît un grand succès depuis la Préhistoire. A cette période, ses fruits étaient utilisés comme denrées alimentaires. Ressemblant à des baies, ils étaient séchés, moulus puis incorporés dans les bouillies et pâtes à pain.

Les fleurs d’aubépine ont quant à elles acquis plusieurs valeurs symboliques dès l’Antiquité : d’abord pour préserver la chasteté et accroître la fidélité, puis pour chasser le mauvais œil. Les fleurs étaient suspendues dans les maisons, notamment au-dessus des berceaux pour protéger les bébés

Plante magique

Inspiré du livre de SOPHIE LACOSTE – Les plantes qui guérissent

Les plantes qui guerissent 1 - Aubépine une plante qui apaise l'anxiété et tonifie le coeur

Longtemps, l’aubépine a eu la réputation d’accroître la fertilité, mais aussi de conserver la chasteté, ce qui peut paraître contradictoire !

Eh bien non ! 

L’aubépine, garante de la fertilité du couple, survillait la conduite des célibataires et des vierges non mariées !

Les mères des jeunes filles mettaient des bouquets d’aubépine dans leur chambre (histoire de calmer leurs éventuelles ardeurs) et les femmes seules chassaient le désir en mettant des fagots d’aubépine sous leur lit ou autour de leur chambre.

On met aussi des branches d’aubépine au fond des berceaux pour assurer protection aux bébés…

Et l’aubépine est l’arbuste sacré des fées !

BIENFAITS

Action tranquillisante
De nombreuses études ont confirmé l’effet apaisant de l’aubépine. Celle-ci peut avoir de nombreux atouts au quotidien.

Effets anti-stress et anti-anxiété
L’aubépine est employée lors de périodes de surmenage et de stress. Elle est notamment indiquée lors d’irritabilité, d’émotivité excessive, d’angoisses, de vertiges ou encore de bourdonnements d’oreilles.

Bénéfices contre les troubles du sommeil
Calmante et apaisante, l’aubépine est employée pour faciliter le sommeil et lutter contre les insomnies. Elle est préconisée dans la prise en charge des états neurotoniques des adultes et des enfants, notamment lors de troubles mineurs du sommeil.

Plante du sommeil
en cas de palpitaions : la fleur d’aubépine

Grâce aux nombreux flavonoïdes qu’elle contient, la fleur d’aubépine régularise le rythme cardiaque et abaisse la tension artérielle. C’est le remède naturel idéal pour lutter contre les palpitations, qui, bien souvent, empêchent de trouver le sommeil.

Effets sur le système cardiovasculaire
L’aubépine a révélé de nombreux bienfaits au niveau du système cardiovasculaire et est aujourd’hui utilisée pour la prise en charge de nombreux troubles.

Action cardiotonique
L’aubépine peut agir sur le tonus cardiaque en contribuant à améliorer la circulation sanguine au niveau du cœur. Cette activité cardiotonique est particulièrement intéressante pour lutter contre l’insuffisance cardiaque légère.

Cardioprotecteur
L’aubépine renferme des polyphénols, et plus exactement des flavonoïdes à l’action antioxydante. Ces composés participent à la protection du cœur en luttant contre le stress oxydant, c’est-à-dire l’accumulation d’espèces oxydantes hyper-réactives néfastes pour les cellules cardiaques. D’après plusieurs études, les flavonoïdes présents au sein de l’aubépine semblent également lutter contre les réactions inflammatoires au niveau du cœur et améliorer l’utilisation de l’oxygène par le muscle cardiaque.

Bienfaits sur les irrégularités du système cardio-vasculaire
Comme évoqué précédemment, l’aubépine possède une action tranquillisante. Au niveau du coeur, celle-ci peut contribuer à régulariser le rythme cardiaque. C’est pour cette raison que cette plante est souvent préconisée pour stopper les palpitations et lutter contre l’hypertension artérielle.

CE QUE DIT LA SCIENCE

Bien que les sommités fleuries aient été employées contre les troubles cardio-vasculaires en médecine traditionnelle chinoise 650 ans avant notre ère, ce n’est que vers la fin du 19 ièm. Siècle que leurs propriétés ont été décrites en Occident.
L’aubépine soutient et renforce les cœurs frafiles et améliore l’insuffisance cardiaque grâce à une meilleure perfusion coronarienne.
L’aubépine est également utile en cure post-infartus.
Parallèlement, la plante est calmante pour le système sympathique, elle lève les spasmes, apaise l’irritabilité et les tensions du tempérament «sanguin» avec une conséquence directe sur la qualité du sommeil.
Enfin, des études ont mis en évidence d’autres atouts en lien avec la forte activité antioxydante des sommités fleuries :
protection des tissus nerveux
réduction des taux sanguins de cholestérol, des triglycérides et du glucose.

DESCRIPTION

arbre de la famille des Rosacées, sous-famille des Malacées
(Alisier, Amélanchier, Aubépine, Cognassier, Néflier, Poirier, Pommier, Sorbier).

Cette famille se caractérise par des fruits charnus, à peau et à  » mouche » (reste du calice de la fleur), contenant des pépins (qui sont les graines).

Étymologie : « aubépine » est un mot féminin (une aubépine), qui vient du nom du latin « alba spina », « épine blanche », en raison de sa fleur blanche (du type de la rose) et des épines à la base.
Origine : Europe. Cette espèce est menacée de disparition en Europe, du fait d’une maladie appelée feu bactérien (qui jaunit les feuilles).
Espèces : on distingue l’Épine blanche ou aubépine monogyne (« à un style », parce que la fleur a un style), Crataegus monogyna, et l’Aubépine, à deux styles, Crataegus laevigata.

Durée de vie : 400 ans . Une des plus vieilles aubépines de France est estimée millénaire. Elle se situe à Saint-Mars-sur-la-Futaie, dans le département de la Mayenne(53). Elle a une hauteur de 9 m.
Habitat : espèce héliophile qui colonise les terrains abandonnés, même calcaires.
Rusticité : zone 7 (il supporte le froid jusqu’à -17°).
Taille maximale : 6-12 m.
Tronc ramifié.
Écorce fissurée en plaques gris pâle.
Feuillage caduc. Rameaux épineux. Des stipules importants sont à la base du pétiole, comme des petites feuilles.
Fleurs blanches en petits bouquets.
Fruit : appelé « cenelle », du latin acinus signifiant baie ou « grain de raisin ». La cenelle est aussi appelée « poire à bon Dieu » ou « poire d’oiseau ». Ele attire les fauvettes, les grives et les merles.

CULTURE – ENTRETIEN

L’aubépine se satisfait de tout type de sol bien drainé. Au printemps ou à l’automne, creusez un trou profond. Suivant votre région, préférez l’exposition plein soleil, au nord ou la mi-ombre au sud. Elle se plaît en haie ( plantez serré afin que les tiges puissent s’entrelacer) ou en sujet isolé. Surveillez l’arrosage l’été de la première année. Ensuite l’aubépine se débrouille toute seule.

RECOLTE ET STOCKAGE

Avant de vous lancer, pensez à enfiler des gants épais pour ne pas vous blesser aux épines.
La cueillette des fleurs (avril-mai) ou les sommités fleuries s’effectue au début de la floraison, lorsque les fleurs sont en boutons ou à peine écloses.
Si vous souhaitez profiter toute l’année de la tisane d’aubépine, séchez-la aussitôt, gage de la préservation des principes actifs, de préférence à l’ombre à un température inférieure à 35 °C. Les fruits récoltés en septembre-octobre seront séchés pareillement

USAGE – VIDEO

UTILISATION

PRECAUTIONS

L’aubépine est à éviter en cas d’hypertension.

D’autre part, à doses exagérées, elle peut entraîner de la fatigue, un ralentissementrespiratoire et déprimer le système nerveux central.

RECETTES

Pour trouver le sommeil

on peut préparer une tisane de fleurs en infusion :

  • 1 cuillière à café pour une tasse d’eau frémissante (environ 150 ml)
  • laissez infuser 10 minutes avant de filtrer
  • Buvez 2 à 3 tasses par jour, dont une au coucher

Ou bien prendre sous forme d’extrait liquide ou de gélules à avaler.

Pour se protéger des maux de l’hiver

2 kg de baies d’aubépine

500 g de franboises

sucre (selon le goût)

  • Egrener les cenelles avec une fourchette avan de les laver.
  • Les placer dans une basine à confiture et recouvrir à peine d’eau.
  • Les faire cuire jusqu’à ce qu’elles cèdent à la pression de la fourchette.
  • Passer au tamis garni d’une étamine, ou dans un torchon.
  • Ajouter au jus un poids égal de sucre et faire cuire comme une gelée ordinaire.
  • Après 15 à 30 min. de cuisson, vérifier que la gelée a pris en posant une goutte sur une assiette (elle doit se figer).
  • Ecraser les franboises en recueillir le jus et l’ajouter à la gelée.
  • Faire cuire ensemble pendant 5 min.
  • Verser dans les pots et couvrir immédiatement.

Riche en vitamine C elle protège des maux de l’hiver  

L’aubépine fait parti des 27 simples médicinales de la St Jean

Une légende attribue à certaines plantes une efficacité exceptionnelle le matin du 24 juin.

C’est à ce moment-là qu’il conviendrait de les cueillir, pour capter leurs pouvoirs en de précieux breuvages… après les 7 plantes sacrées de la Saint-Jean,

 l’armoise, la joubarbe, le lierre terrestre, la marguerite sauvage, la millefeuille, le millepertuis,  la sauge ,

On peut ajouter à cette liste d’herbes de la Saint Jean leurs nombreuses cousines d’été, avec des variantes en fonction des régions comme l’aubépine, la bourrache, la camomille, la chélidoine, l’épervière, le fenouil, l’hysope, l’immortelle, la lavande, la marjolaine, la mauve, la mélisse, la menthe, le myrte, la pimprenelle, le pissenlit, le plantain, la reine des près, le romarin, le serpolet, le souci, le thym, la verveine…

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com
Lire les articles précédents :
#Plantes Cours 2 - Remèdes : Savoir utiliser les plantes médicinales
#Plantes Cours 2 – Remèdes : Savoir utiliser les plantes médicinales

Macérations et autres préparations de remèdes un peu plus compliquées que dans le cours 1 La macération à froid Certaines...

Fermer